Cours particuliers et collectifs, stages et spectacles de danse + couverture photographique d'évènements (mariages, défilés, galas...)

*PROGRAMME*
Cours/Soirées
(à Strasbourg)
Stages/Séjours
(France/étranger)
Album souvenirs
(depuis 1997)
***PROFESSEURS***
Collège Swing
***SPECTACLE***
Cie Abon'Danse
***PHOTOGRAPHE***
(évènementiel/mariage)
*BOUTIQUE*
***CONTACT***

***LIENS***
Collège Swing de Strasbourg
*************
Retour

**********************************

Louis Jordan

Pour écouter CALDONIA interprété par Louis Jordan
cliquez sur la pochette du disque ci-dessous :

A l'origine du Rock' n Roll

Si Bill Haley et Elvis Preysley sont les pères du Rock' n Roll, Louis Jordan [1908-1975], saxophoniste-chanteur en est incontestablement le grand père. C'est à lui en effet que revient le mérite d'avoir réuni les différents éléments constitutifs du Blues, du Boogie-Woogie et du Swing dans une seule et même musique : la "Race Music" ou le Rythm and Blues originel ou encore Jump-Blues. Parmi tous les musiciens noirs, seul Louis Jordan et Joe Turner émergèrent. Même si de nombreux blancs venaient voir leurs shows, il était totalement impensable pour eux de passer sur une radio réservée aux oreilles blanches ni, pour leurs disques de monter aux premières places du Top 40 "Country and Western". Les plus grands créateurs de la musique populaire de la deuxième moité du XXième siècle, quel que soit le genre dans lequel ils se sont illustrés, qu'il s'agisse donc du déjà nommé Elvis Presley, de Chuck Berry ou bien de Ray Charles et de James Brown, non seulement reconnaîtront mais loueront l'immense talent des musiciens noirs et notamment celui de Louis Jordan. Durant toute son existence, cet extraordinaire personnage a été animé par le seul désir de donner du bon temps à son public à travers non seulement sa musique, mais également sa joie de vivre, son sens de l'humour et ses déguisements burlesques. Hélas! pour Louis Jordan, les années 1950 seront beaucoup moins heureuses que les décénnies précédentes. Lui qui, parallèlement à ses activités de musicien, avait tourné pas moins de vingt courts-métrages et cinq films à Hollywood entre 1942 et 1947 (sans compter les nombreuses émissions à la radio et à la télévision), verra le public s'éloigner de lui pour les jeunes loups du Rock'n Roll, qui tous, pourtant, lui doivent beaucoup. Ainsi pour mieux se consacrer à la carrière de Bill Haley, les responsables de sa maison de disques (Decca) décideront de ne pas renouveler son contrat. Certes, Louis Jordan réalisera encore de fort belles choses au cours des années 1960 et au début de la décénnie suivante, mais elles ne connaîtront plus qu'un succès d'estime, tant et si bien qu'il mourra quasiment dans la misère le 4 février 1975.

Louis Jordan

 

© Copyright 2001 - Collège Swing - p.449
____________________________________
Haut de page
Haut de page
__________________
__________________
Retour
__________________